Gilets jaunes : en attente de propositions fortes, concrètes et immédiates du Président de la République

Nos concitoyens sont inquiets.
Inquiets des violences et des blocages.
Inquiets de l’autisme du gouvernement et du Président.
Les commerçants sont inquiets pour l’économie locale et l’emploi.

Le Président doit apporter des réponses claires, audibles, immédiates aux inquiétudes et aux attentes de nos concitoyens qu’ils soient ou non sur les ronds-points.
Il doit rétablir le dialogue et plus encore l’égalité républicaine.

Cela veut dire prioritairement

– Le rétablissement de l’Impôt sur la Fortune qui n’a jamais mis sur la paille les plus riches de notre pays,

– Redonner du pouvoir d’achat aux familles les plus modestes. La revalorisation du SMIC et des basses retraites ne doit plus être un tabou,

– Réduire les fractures territoriales avec notamment un droit aux soins identique pour tous,

– Améliorer significativement les conditions de travail des salariés et réduire effectivement la précarité de l’emploi,

L’appel plein de retenue des commerçants du Forum au Poinçonnet montre que nous sommes en situation d’urgence : c’est l’économie locale et l’emploi qui se trouvent menacés.

Si l’intervention des Gilets Jaunes n’occasionne désormais que des ralentissements pour les automobilistes, c’est une psychose générale qui s’est emparée de notre pays dont l’une des premières conséquences est l’annulation ou le report des achats prévus par nos concitoyens pour la fin de l’année.

Pour répondre aux attentes de nos concitoyens et mettre un terme aux menaces qui pèsent sur l’économie locale, il est urgent de sortir de cette situation.

Médailles de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement Associatif de l’Indre

Le jeudi 6 décembre 2018 a eu lieu, dans les salons de la Préfecture, la remise annuelle des médailles d’or et d’argent de l’association des Médaillés de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement Associatif, présidée par Monsieur Guy CHAMBRIER.
A cette occasion, Monsieur Christian HELION a reçu la médaille d’Argent des mains de Monsieur Thierry PONNIER, Préfet de l’Indre.
Christian HELION a joué au Football de 14 à 25 ans à Azay-le-Ferron puis en 1980 pendant 10 ans au Poinçonnet. En parallèle, il a pratiqué le Cyclisme avec plusieurs dizaines de victoires en première catégorie FFC. Puis en 1981 à nos jours, il s’illustre en UFOLEP dans un premier temps à Saint Maur puis depuis 1985 au Poinçonnet à l’USP CYCLO MARCHE où il devient vite dirigeant, d’abord comme responsable des Licences puis Vice-Président et depuis 2002 Président. De ce fait, il rentre au comité directeur de l’USP Omnisports et rapidement intègre le bureau. A ce jour il est toujours titulaire de ces deux derniers postes.
Toutes nos félicitations à Christian pour cette implication dans notre commune.

Remise des médailles du Travail aux salariés de l’ADAPEI

Le jeudi 29 novembre, Pascale Despax et Danielle Dupre-Segot étaient présentes pour la remise des médailles du travail aux salariés de l’ADAPEI. Cette cérémonie présidée par M Patrick POUPET s’est déroulée dans la nouvelle salle de réunion. A l’issue, le verre traditionnel de l’amitié offert par l’association a permis un échange convivial entre les membres de l’assistance.

Une soirée cabaret de haute volée à l’Asphodèle

C’est ce que nous ont dit plusieurs des convives venus à l’Asphodèle samedi soir pour une soirée cabaret très appréciée.
Une salle comble, une soirée conviviale et des artistes de grand talent avec une belle présence en scène, une âme poétique et beaucoup de sympathie pour leur auditoire.
L’ambiance parisienne des cabarets de Montmartre a envahi l’Asphodèle samedi soir pour le plus grand plaisir des spectateurs transportés dans le Paris des années 50-60.

Bernard BEAUFRERE, chanteur de grand talent et poète émouvant

Une salle comble

P1250785
Moment de détente entre Léa CREVON et un spectateur qui assure

P1250792
Au final, les artistes se retrouvent avec Nini PEAUD’CHIEN

L’allée Sandman s’ouvre vers la Charbonnière

Depuis mardi, les élèves du lycée agricole Naturapolis s’activent autour d’un projet qui mêle articulture et écologie pour ouvrir l’allée Sandman jusqu’à la rue de La Charbonnière. Un cheminement est tracé avec des cartons qui sont recouverts de BRF (Bois Raméal Fragmenté).Cette nouvelle méthode, complètement écologique, forme un revêtement poreux qui ne présente pas les inconvénients du béton ou du bitume. Lorsque tout sera bien tassé (il faut compter une semaine), le chemin sera praticable par les piétons et les poussettes.
Une maison à insectes a aussi été installée. Elle servira aussi de boîte à idées pour tous ceux qui emprunteront ce cheminement et qui auraient envie de participer, d’une manière ou d’une autre à l’aménagement de ce nouvel espace sans pesticides.

DSC_1164

 

N1 : une défaite honorable, samedi 1er décembre

Après avoir mené le match durant les trois premiers quarts temps, notre équipe de N1 a subi la loi de Monaco durant un dernier quart temps débridé. Dommage car ce fut un très beau match et notre équipe s’est bien reprise après sa défaite contre Colomiers. Mais face à une équipe de Monaco très regroupée en défense, rapide en contre-attaque et plus adroite, l’équipe du Poinçonnet n’a pas démérité. Une défaite honorable mais une défaite quand même.
Désormais aucun faux pas n’est plus autorisé à notre équipe qui doit monter en puissance et en adresse. Charge à l’entraineur de faire jouer les bonnes joueuses au bon moment.

L’équipe du Poinçonnet en phase attaque et en phase défense : jusque-là, tout allait bien

P1250715
Le public est toujours présent

P1250728
Un club de supporters au top mais cela n’a pas suffit !

Des gilets jaunes devenus très fréquentables

Face aux casseurs , le Président et le gouvernement trouvent désormais les gilets jaunes très fréquentables. Il n’est que temps.
Au-delà du mépris initial, il est urgent de renouer le dialogue avec les gilets jaunes et avec tous les acteurs de la vie publique en France et surtout de mettre en œuvre des mesures lisibles et d’effet rapide en faveur des couches les plus populaires de notre pays, celles qui sont à la peine chaque fin de mois.

Jean Petitprêtre